Parution en février 2010
ISBN : 9782878271287
Format cm. 20 x 28
Collection Ching Shih
Pages : 114
Imprimé en noir et blanc
Broché avec rabats

18,30

Moïse, enfant sauvage

par Stéphane Soularue

Sous un viaduc, à la périphérie d’une grande ville, un couple de gitans retrouve un petit enfant abandonné dans un carton d’emballage. Émus, ils décident de le recueillir et de le ramener à leur campement tout proche. Dans leur pitié et leur dévotion, ils décident de l’appeler Moïse, l’enfant envoyé par Dieu. Bientôt, Moïse développe un comportement étrange, violent, qui sème le soupçon et la peur dans la communauté. Atterrés par l’agressivité inouïe de Moïse, les gitans décident enfin de s’en débarrasser en l’abandonnant la nuit devant une école, où il est retrouvé par Bernard qui le ramène chez lui et le baptise Maurice. C’est le commencement d’un long voyage qui emmènera Moïse /Maurice loin, très loin…

Moïse, enfant sauvage, est le récit contrasté de l’errance dans laquelle se trouvent les invisibles (sans papiers, sans domicile, sans situation fixe, sans famille, sans éducation, sans identité), tous ceux dont même le nom n’existe pas : une existence extrêmement fragile, où règnent la violence et l’exclusion. La dureté de notre époque est la source principale d’inspiration de cette histoire de recherche d’identité : une identité refusée, qui s’échappe à mesure qu’on croit l’atteindre. Moïse, le protagoniste, est le symbole d’une jeunesse bousculée, oubliée, niée et qui va chercher sa voie dans une rage désordonnée, excessive et finalement destructrice. Comme dans un jeu de miroirs, les pages de Moïse, enfant sauvage nous renvoient l’image de ce que nous sommes devenus et nous alertent sur la nécessité de changer notre monde désorienté.






Moïse, enfant sauvage

par Stéphane Soularue

Sous un viaduc, à la périphérie d’une grande ville, un couple de gitans retrouve un petit enfant abandonné dans un carton d’emballage. Émus, ils décident de le recueillir et de le ramener à leur campement tout proche. Dans leur pitié et leur dévotion, ils décident de l’appeler Moïse, l’enfant envoyé par Dieu. Bientôt, Moïse développe un comportement étrange, violent, qui sème le soupçon et la peur dans la communauté. Atterrés par l’agressivité inouïe de Moïse, les gitans décident enfin de s’en débarrasser en l’abandonnant la nuit devant une école, où il est retrouvé par Bernard qui le ramène chez lui et le baptise Maurice. C’est le commencement d’un long voyage qui emmènera Moïse /Maurice loin, très loin…

Moïse, enfant sauvage, est le récit contrasté de l’errance dans laquelle se trouvent les invisibles (sans papiers, sans domicile, sans situation fixe, sans famille, sans éducation, sans identité), tous ceux dont même le nom n’existe pas : une existence extrêmement fragile, où règnent la violence et l’exclusion. La dureté de notre époque est la source principale d’inspiration de cette histoire de recherche d’identité : une identité refusée, qui s’échappe à mesure qu’on croit l’atteindre. Moïse, le protagoniste, est le symbole d’une jeunesse bousculée, oubliée, niée et qui va chercher sa voie dans une rage désordonnée, excessive et finalement destructrice. Comme dans un jeu de miroirs, les pages de Moïse, enfant sauvage nous renvoient l’image de ce que nous sommes devenus et nous alertent sur la nécessité de changer notre monde désorienté.


Parution en février 2010
ISBN : 9782878271287
Collection Ching Shih
Format cm. 20 x 28
Pages : 114
Imprimé en noir et blanc
Broché avec rabats

18,30