Rio Loco – Les voyages de Juan sans terre T.3

par Javier De Isusi


Parution en février 2011
ISBN : 9782878271355
Collection Morgan
Format cm. 17 x 24
Pages : 192
Imprimé en noir et blanc
Broché avec rabats

18,30


Dans les pages de L’île de jamais jamais, le voyageur argentin rencontré par Vasco – le protagoniste – dans l’île d’Ometepe, affirmait : “Tu ne pourrais jamais dire d’avoir voyagé en Amérique Latine si tu ne déscendras pas l’Amazone”. L’Amazone… le plus long fleuve de la Terre, aimant irrésistible qui attire tous ceux qui rêvent d’exotisme et d”aventure mais qui peut se révéler, dans les faits, un lieu bien moins excitant et romantique. Fatalement, Vasco, notre héros à l’allure de Corto Maltese, va parcourir le fleuve de l’Equateur au Pérou, jusqu’au cœur de la forêt vierge, toujours sur les traces de son ami Juan. Dans La pipe de Marcos et L’île de jamais jamais l’auteur avait laissé en filigrane le fil conducteur de la quête de Vasco pour laisser beaucoup d’espace aux thèmes de caractère politique, social, culturel et économique. Dans ce troisième volet des aventures de Juan sans terre, de Isusi inverse son approche en donnant plus d’espace au thème de fond de son œuvre : au fil des pages, nous en saurons plus sur les raisons qui ont poussé Vasco à entreprendre son voyage et nous apprendrons beaucoup de choses à propos du mystérieux Juan. Comme dans les épisodes précédents, De Isusi monte et démonte les mécanismes du récit d’aventure en les étudiant, un par un, derrière la loupe de la réalité. L’approche des cultures indigènes, celles des dernières tribus indiennes encore épargnées par la “civilisation”, et leur conceptions cosmogoniques, lui servent comme prétexte pour une profonde réflexion sur le thème de l’identité. Rio Loco est la clé de voute de l’œuvre de Javier de Isusi, qui s’insère parfaitement après les deux précédents volets et met en valeur le talent de Javier de Isusi, son style en parfait équilibre entre réalisme et caricature et sa capacité de synthétiser fiction et témoignage.