Tarzan, Seigneur des signes

Tarzan, seigneur des signes

Dessiner un Tarzan. Se replonger dans le premier récit : naissance de Tarzan, mort de ses parents, substitution par une guenon du petit humain au bébé qu’elle a perdu, ceci jusqu’à la mort du singe dominant que Tarzan remplacera. Travailler avec l’arrière-plan de Johnny Weissmuller cognant des crocodiles et des lions, avec les bandes dessinées furieuses de Hogarth, mais aussi avec les médiocres adaptations surnuméraires de Sagedition…
Le Tarzan de LL de Mars retrace autant la genèse de Tarzan que la découverte d’une vieille adaptation, muette, à moitié détruite, parcellaire, de cette genèse. En parallèle, dans une constellation de commentaires en strips, se déroule l’histoire éditoriale d’une nouvelle version de Tarzan qui fait un scandale miteux. Il fallait au moins autant de voix pour revenir au monde la bd, à ses lecteurs, ses auteurs, se déchirant sur des questions aussi stupides que bd populaire/bd pas populaire, avant-garde/ringardise, sérieux du message/nécessité de la distraction etc. De bien inutiles et inféconds couples d’opposition pour penser quoi que ce soit… Tout en conduisant — sans soucis de savoir si son Tarzan est un récit populaire ou pas — un récit classique muet, pour cette histoire mille fois racontée, LL de Mars déroule une autre histoire en regard, qui l’éclaire de façon bavarde et agitée, sur un mode burlesque ; il joue entre le mode explicatif et sa singerie, entre le sérieux et le ridicule, le profane et le sacré.

L.L. De Mars est né en 1967 en Bretagne. Actuellement, il vit et travaille dans un trou. Infatigable touche-à-tout, il s’investit notamment dans les champs de la littérature, de la lecture publique, de la musique contemporaine, de l’art contemporain, de la création vidéo, de la bande dessinée et du dessin satirique. La majeure partie de son travail est en copyleft et peut être lue sur son site web le terrier.