Nouveautés à prix cassés

Prénom : Julius. Nom : Knipl. Âge : la cinquantaine. Profession : photographe immobilier. Particularité : ne se sépare jamais de son costume immuablement froissé. Si on cherche cet homme aimable et discret, on le trouvera sans aucun doute en suivant l’ombre des gratte-ciels new-yorkais, à le regarder se faufiler au milieu d’immeubles de logements à loyers modérés et d’entrepôts désaffectés. Car la ville que Knipl photographie, faite de kiosques à boissons, de restaurants à bas prix et de petits commerces en tout genre, est un paysage sur le déclin. Dans ses clichés, il tente de figer le fugitif pour conserver l’esprit des lieux et des choses : les poids en fonte des marchands de journaux, les sucriers collectifs aux comptoirs et tables de cafés, les distributeurs de bicarbonate de sodium des restaurants ou encore les boissons désaltérantes artisanales, depuis remplacées par des canettes en métal… Mais cet univers urbain, dans son inexorable disparition, a emporté avec lui les relations humaines qui se tissaient et qui le dessinaient.

Paru pour la première fois en 1991, Nouveautés à prix cassés a révélé tout le génie de Ben Katchor pour la narration et la chronique urbaine. Usant d’un trait et d’un œil aussi précis qu’incisifs, son travail témoigne d’une attention particulière à ces infinis détails qui échappent toujours aux observateurs les plus pressés.
Vingt-cinq ans plus tard, les strips de Katchor deviennent un passage en revue édifiant de tout ce que la gentrification et la globalisation à outrance ont réduit à néant. Sans tomber dans la nostalgie d’une époque révolue, l’inventaire qu’il propose a aujourd’hui largement dépassé le seul cadre new-yorkais, nous forçant à sans cesse nous interroger sur le sens de notre existence.

Le réalisateur Guillermo Del Toro a écrit : “Le désespoir silencieux, les obscures minuties industrielles, les souvenirs de petits restaurants perdus, la prière chuchotée d’un règlement de copropriété ne sont que quelques-uns des nombreuses énigmes dont il est question dans Nouveautés à prix cassés. Fleurs merveilleuses de cette Babylone urbaine, sous le regard pieux et amoureux de Ben Katchor des babioles bon marché se transforment en prodiges qui renferment toute notre fragilité, notre beauté et notre fugitive existence. Un chef-d’œuvre du récit graphique.”