I’m Every Woman

Liv Strömquist - I'm every woman

C’est d’épouses, fiancées et copines dont il est question dans ce livre… Madame Elvis Presley, Madame Joseph Staline, Madame Jackson Pollock… et plein d’autres. Réunies par un seul et même destin : être les victimes d’hommes incapables de se comporter de façon normale et raisonnable avec leur partenaire. Qui étaient vraiment ces femmes et comment leur désir de vivre un amour romantique a pu pourrir à un tel point toute leur existence ?
Page après page, Liv Strömquist lance ses flèches empoisonnées contre l’ordre patriarcal. Elle en explore dans les moindres recoins les dispositifs de domination sans oublier de donner au passage, toujours avec l’humour cinglant et la légèreté qui sont les siennes, des réponses à des questions telles : Qui étaient les pires boyfriends de l’Histoire ? Pourquoi Ingmar Bergman a cru bon féconder toutes les femmes qu’en Suède avaient des ambitions artistiques ? Pourquoi tous les enfants sont-ils des ultra-conservateurs ? Et pourquoi les hommes qui plus défendent les valeurs de la famille nucléaire dans la plupart des cas (à l’instar du Pape) ne vivent jamais dans des familles nucléaires ?
En s’appuyant sur des références qui vont des mémoires de Priscilla Presley à la biographie d’Edward Munch ou à celle de Staline par Simon Sebag Montefiore, Liv Strömquist poursuit avec intelligence et finesse sa critique sans concessions des valeurs masculines qui dominent la société contemporaine.

« Le féminisme m’a vraiment aidée à comprendre les structures de pouvoir, à voir pourquoi je manquais de confiance en moi et à prendre le contrôle. Je me suis mise à me dire que j’avais le droit d’être là, de créer, de raconter des histoires, et j’ai commencé à m’en foutre de ce que les autres pensaient. Tant pis s’ils pensent que ce n’est pas la bonne manière de dessiner un personnage ou de faire une BD. »

Liv Strömquist