Deux hollandais à Naples

Rome, Anno Domini 1617. Suivant les pas de nombreux peintres hollandais, Gerard van Honthorst et Dirck van Baburen quittent leur pays pour rejoindre les rives du Tibre. Fascinés par les toiles de Caravage, mort en des circonstances mystérieuses sept ans plus tôt, les deux artistes décident de se rendre à Naples pour admirer certains retables que le peintre lombard y a réalisés. Sitôt arrivés à destination, ils se hâtent d’aller contempler les œuvres du maître. Mais, bien décidé à ajouter une bonne dose d’alcool à l’aventure, van Honthorst incite van Baburen à errer de taverne en taverne, jusqu’à tomber sur un jeune homme bavard et fantasque. Et voilà que la virée des deux compères prend une tout autre tournure, van Honthorst ayant semble-il caché à son compagnon le véritable but de leur voyage…

Comme les personnages qu’il met en scène, Álvaro Ortiz est passionné par la vie et l’œuvre de Caravage, auquel il a d’ailleurs consacré un chapitre entier de son précédent album, Rituels (Rackham, 2016). Ce nouvel opus, aussi concis que dense, revient sur les derniers jours du maître milanais, qui suscitent aujourd’hui encore de nombreuses controverses. Incursion dans l’histoire de l’art, la version qu’en propose Ortiz est le fruit d’un travail de documentation méticuleux dans lequel faits, personnages et lieux sont comme d’habitude filtrés par son imagination débordante. On y retrouve ainsi les principaux ingrédients chers au jeune auteur aragonais : un cocktail détonant d’humour, de mystère et de coups de théâtre.

Deux hollandais à Naples a été réalisé à l’occasion de l’exposition “Caravaggio y los pintores del norte” qui s’st tenue au Musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, centrée sur la figure de Caravage et son influence sur un groupe de peintres hollandais, flamands et français qui fascinés par son œuvre en ont diffusé le style