© DR


Joe Sacco

Joe Sacco est né à Malte en 1960. Peu après sa naissance, sa famille émigre en Australie puis, lors que Joe a douze ans, part s’installer aux États-Unis. En 1978 il passe son bac à la Sunset High School de Beaverton, dans l’Oregon. C’est en cette même période qu’il commence sa carrière de journaliste en collaborant à la revue de l’école tout en commençant à s’intéresser à l’humour et à la satire. En 1981, il se diplôme en journalisme à l’Université de l’Oregon et il travaille pour une courte période à la revue de l’Association nationale des notaires. Déçu par ce premier emploi en tant que journaliste, il décide d’abandonner cette carrière et rentre à Malte où il est rédacteur pour une maison d’édition de guides de voyage et réalise ses premières bandes dessinées (les premiers comic-book écrits en maltais).

Il rentre plus tard aux États-Unis et s’établit à Portland où il publie une revue de bande dessinée dont sortiront quinze numéros. En 1986, déménage à Los Angeles où il commence sa collaboration avec Fantagraphics books et, à partir de 1988, il entreprend une série de voyages tout en publiant Yahoo, sa première série. Une partie des histoires réalisées dans cette période est réunie dans le volume Journal d’un défaitiste. En 1992, intéressé par le conflit palestinien et choqué par le traitement qui lui est réservé par les médias américains, il séjourne en Palestine à plusieurs reprises. De cette expérience naissent Palestine : une nation occupée et Palestine : dans la bande de Gaza, un magistral travail d’enquête considéré aujourd’hui comme l’acte de naissance du “journalisme en bande dessinée”. Ces travaux sont publiés dans un premier temps sous forme de comics et réunis ensuite en ces deux volumes par Fantagraphics Books. En 1996, Palestine est publié en France par Vertige Graphic, sous la direction d’Alain David et Latino Imparato. Il s’agit de la première traduction du livre, qui sera suivie quelques années plus tard par celles en d’autres langues. À sa sortie en France, le livre passe presque inaperçu auprès du grand public mais contribue à faire connaître le travail de Sacco dans les milieux du journalisme, tant que trois ans plus tard il reçoit le Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage. L’actuelle édition de Palestine (Rackham) regroupe les deux parties de l’œuvre accompagnées d’une préface d’Edward Saïd et un texte du même Sacco.

En 1995 e 1996, Sacco séjourne à plusieurs reprises en ex-Yougoslavie, en particulier à Sarajevo et en Bosnie orientale, pour couvrir le conflit qui ravage ce pays. De cette expérience naîtront trois œuvres magistrales : Gorazde (pour lequel Sacco reçoit la prestigieuse Guggenheim Fellowship), The fixer et Derniers jours de guerre, tous publiés en France par Rackham. En 2002 il publie Le rock et moi (Rackham), recueil d’histoires sur la musique et les musiciens rock, fruit de ses voyages en Europe dans les années 1980 et 1990.

Quelques années plus tard, Joe Sacco commence à réaliser des courts reportages en bande dessinée pour la presse anglo-saxonne qui seront recueillis plus tard dans le volume Reportages (Futuropolis). En 2009, il publie Footnotes in Gaza (Gaza 1956, en marge de l’histoire – Futuropolis) fruit d’un travail d’enquête qui a duré plusieurs années sur un massacre de civils palestiniens passé sous silence par les médias et l’histoire officielle. Suivront en 2012 Jours de destruction, Jours de révolte (Futuropolis) enquête menée avec Chris Hedges sur les laissés pour compte de la société américaine et en 2014 La grande guerre, le premier jour de la bataille de la Somme reconstitué heure pour heure (Futuropolis), un projet qu’il cultivait depuis plusieurs années, fruit de sa grande passion pour l’histoire de la Première guerre mondiale.

Joe Sacco a reçu plusieurs récompenses pour son œuvre : l’Eisner Award 2001 du meilleur album pour Gorazde, l’Eisner Award 2010 et le prix Max und Moritz 2012 (Allemagne) pour Gaza 1956, en marge de l’histoire, le prix Adamson 2004 (Suède) du meilleur auteur international pour l’ensemble de son œuvre et le prix Urhunden 2009 (Suède) pour The Fixer.

En France, Palestine a reçu en 1999 le prix France Info et le prix Tournesol. En 2011, Gaza 1956, en marge de l’histoire a reçu le prix France Info et le prix Regards sur le monde du festival d’Angoulême.